28 °C Clear sky Rabat

Actualités
Lundi 7 Mars 2016

Rencontre internationale à Marrakech de l'ICANN

Synthèse vocale
Rencontre internationale à Marrakech de l'ICANN

La Déclaration de Marrakech sur la transition de la gouvernance de l'ICANN et le rôle de l'Afrique dans ce processus accueillie par acclamation

La Déclaration de Marrakech sur la transition de la gouvernance de l'ICANN et le rôle de l'Afrique dans ce processus a été accueillie par acclamation, lundi à Marrakech, par les participants à La 3ème réunion gouvernementale de haut niveau tenue dans le cadre de la 55e Réunion de l'Internet Corporation for Assigned Names and Numbers, (ICANN), organisée sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI.

S'exprimant à l'issue de cette rencontre, le ministre de l'Industrie, du Commerce, de l'Investissement et de l'Economie Numérique du Royaume, Moulay Hafid Elalamy, a fait savoir que les gouvernements et les organisations intergouvernementales jouent un rôle important et actif au sein de la communauté de l'ICANN et contribuent aux processus de développement de politiques de l'ICANN par l'intermédiaire de leur adhésion au comité consultatif gouvernemental (GAC). 

M. Elalamy également président de la réunion, a mis l'accent sur l'importance de la contribution du GAC à l'ICANN qui n'est plus à démontrer et dont témoigne le nombre d'adhésion au GAC qui compte aujourd'hui 162 membres et 35 observateurs, ajoutant que les gouvernements doivent continuer à faire partie intégrante de la communauté mondiale de l'ICANN pour que les processus multipartites fonctionnent efficacement dans le plein respect de l'intérêt public. 

Il a également souligné que le processus de transition des fonctions d'IANA a requis un travail immense par les différents groupes de travail et un engagement sincère du GAC, sur la base du dialogue, du compromis et du consensus. 

S'agissant de la question de la responsabilité et de la redevabilité de l'ICANN dans le cadre du processus de transition, M. Elalamy a souligné qu'elles sont des questions fondamentales dans l'examen de la performance de l'ICANN sur ces aspects clés de la gouvernance. 

"La discussion sur la responsabilité est un processus continu et devrait continuer à nous animer et nous inspirer pour favoriser une ICANN responsable, transparente et redevable envers les différentes parties prenantes", a-t-il expliqué. 

Il a de même précisé que ces dernières années ont connu l'addition d'un grand nombre de nouvelles extensions génériques dans le système des noms de domaine de l'internet, signalant que le GAC s'est engagé pleinement dans ce processus et compte continuer à s'impliquer dans les discussions sur de nouveaux cycles d'introduction de generic Top Level Domains gTLDs. 

M. Elalamy n'a pas manqué de mettre le doigt sur l'importance de l'engagement des pays en développement dans l'ICANN et dans toutes les activités liées a l'internet, en particulier le renforcement des capacités de ces pays. 

"Les gouvernements se doivent de saisir cette occasion historique et de se positionner pour l'avenir aux cotés des autres parties prenantes de la communauté internet", a-t-il plaidé.

Il a, entre autres, précisé que cette réunion s'est tenue dans un contexte particulier de l'évolution de l'écosystème mondial de la gouvernance d'internet et intervient à un moment crucial de finalisation du processus de transition suite à la décision du Gouvernement des Etats- Unis d'Amérique de transférer sa supervision des fonctions de l'IANA à la communauté multipartite".

La réunion de Marrakech a été également l'occasion pour les gouvernements d'échanger et de dialoguer sur une panoplie de questions stratégiques liées à la gouvernance internet et au processus de transition de l'IANA entre gouvernements et avec les responsables de l'ICANN, a-t-il ajouté.

Il s'est, de même, félicité de la présence de représentants de près de 100 gouvernements membres et non-membres du GAC et de 22 organisations intergouvernementales, un niveau de représentation important qui témoigne de la volonté commune visant à faire de l'ICANN une organisation réellement mondiale, ouverte et inclusive.

Et de préciser que ces débats font suite à d'autres réunions multilatérales d'importance récentes, telles que NetMundial au Brésil ou la Réunion de haut niveau de l'Assemblée générale de l'ONU sur la revue de la mise en oeuvre des résultats du Sommet mondial des Nations Unies sur la société de l'information (SMSI+10). 

Par ailleurs, la 55e Réunion de l'ICANN qui se tient du 05 au 10 mars à Marrakech est organisée en collaboration avec l'ICANN, le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération et le ministère de l'Industrie, du Commerce, de l'Investissement et de l'Economie numérique, Plus de 2.000 délégués prennent part à cette manifestation qui vise à finaliser les discussions sur le processus de transition de l'ICANN qui sera chargée de superviser les fonctions d'IANA (Internet assigned numbers authority) d'ici le 30 septembre, date à laquelle l'actuel contrat entre l'ICANN et l'administration américaine arrive à terme.

L'ICANN est chargée de la sécurité, de la stabilité et de la coordination mondiale du système d'identificateurs uniques de l'Internet. Elle est aussi responsable de l'administration de plusieurs ressources essentielles d'Internet, comme l'adressage IP et le système DNS racine grâce auquel les noms de domaine fonctionnent. 

(MAP 07/03/2016)

Les représentants des gouvernements au sein du GAC réitèrent à l'unanimité leur soutien au processus multipartite de l'ICANN

Les représentants des gouvernements au sein du Comité Consultatif Gouvernemental (GAC) ont réitéré à l'unanimité , lundi à Marrakech, leur soutien et leur engagement au processus multipartite de l'ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers).

Lors de la 3ème réunion gouvernementale de haut niveau qui se tient parallèlement à la 55ème réunion de l'ICANN, les représentants des gouvernements ont exprimé leur volonté de s'impliquer pleinement pour le succès de ce processus.

S'exprimant à cette occasion, le ministre de l'Industrie, du commerce, de l'investissement et de l'économie numérique, Moulay Hafid Elalamy, a souligné que cette 3ème réunion est la première en terre africaine et dans le monde arabe, ce qui témoigne de la volonté de l'ICANN de s'ouvrir davantage sur le monde et de poursuivre la démarche inclusive qui est la sienne.

M. Elalamy a précisé que la réunion a pour objectif principal de sensibiliser les responsables gouvernementaux de haut niveau aux enjeux politiques, démocratiques, culturels et stratégiques de la gouvernance de l'Internet et d'accroître le niveau de soutien et d'engagement des gouvernements, dans le processus multipartite de l'ICANN. 

Et d'ajouter que cette rencontre participe aussi de la volonté des gouvernements de s'impliquer dans des discussions cruciales, qui auront des conséquences majeures, sur la gouvernance d'internet dans le monde.

"Aujourd'hui, c'est un réel plaisir de voir autant de ministres et de Hauts fonctionnaires gouvernementaux participer à cette réunion, ce qui traduit l'appui au travail accompli par l'ICANN et la volonté collective de consolider, de renforcer et d'améliorer l'apport de cette organisation dans le domaine de la gouvernance mondiale d'Internet", a-t-il relevé.

Ce qui démontre également l'importance des gouvernements au sein du GAC, de contribuer à l'effort collectif visant à faire adapter et évoluer le modèle multipartite de gestion d'internet, pour servir les intérêts des citoyens et des communautés, a ajouté le ministre.

Et de relever que le Maroc qui a adhéré à l'ICANN très tôt après sa création en 1998, partage également les attentes et les préoccupations des gouvernements au sujet du rôle du GAC et la façon dont il exerce ses responsabilités pour faire en sorte que l'intérêt public soit pleinement pris en compte dans le cadre du processus de transition en cours.

Pour sa part, le secrétaire d'Etat Adjoint de l'Administration Nationale des Télécommunications et de l'Information (NTIA), du Département du Commerce des Etats-Unis, Larry Strickling, a souligné que cette réunion à Marrakech constitue un moment historique puisque c'est la 1ère fois, depuis la création de l'ICANN, qu'une proposition va être conclue cette semaine et remise au gouvernement américain.

M. Strickling a relevé l'importance de la transition et du modèle multipartite de l'ICANN qui a fait ses preuves, félicitant les parties qui ont contribué à ce processus. 

Pour le vice-ministre japonais de l'Intérieur et de la Communication Yasuo Sakamoto, le processus de transition est une décision courageuse et une action concrète et ambitieuse, réitérant le soutien de son pays à ce processus.

Le responsable japonais a formulé le souhait de voir les parties prenantes arriver à un consensus avec célérité car la proposition finale devra être mise en œuvre.

De son côté, la représentante de l'Egypte, Manal Ismail, a indiqué que son pays a toujours soutenu pleinement la mondialisation de l'ICANN et la transition, ajoutant que l'Egypte a suivi toutes les discussions et a participé activement au processus.

Elle a fait savoir que le gouvernement égyptien reconnait les efforts qui ont été réalisés pour pouvoir arriver à la fin du processus et s'attend à une proposition finale qui devrait être présentée vers la fin de cette semaine, invitant le gouvernement américain à poursuivre son engagement d'assurer que la transition aura lieu suivant le calendrier prévu.

"Nous espérons que la réunion de Marrakech marquera la fin de ce processus et que l'esprit de collaboration et de dialogue survivra à la fin de cette période de transition", a-t-elle dit. 

Pour leur part, les autres intervenants à cette 3ème réunion gouvernementale de haut niveau ont souligné l'importance de soutenir la proposition de l'indépendance de l'ICANN, appelant à la modification de certaines clauses en vue de mettre en place des mécanismes de responsabilisation et de transparence au sein de l'institution. 

Ils ont, en outre, expliqué que les technologies d'information et de communication (TIC) ont un impact significatif sur l'économie et les personnes à l'échelle internationale, soulignant la nécessité d'assurer la sécurité de l'Internet pour qu'il soit accessible à tous.

"Aujourd'hui à Marrakech, on a fait un pas historique dans la croissance de la gouvernance de l'internet", a déclaré à la MAP, Fadi Chehadé, président de l'ICANN.

Dans ce cadre, M. Fadi a fait savoir que c'est la 1ère fois depuis 20 ans que la communauté internationale (les gouvernements, la société civile, le secteur privé) déclare l'importance du travail qui se fait à l'ICANN, à savoir les politiques internationales de la gouvernance de l'internet, qui est un travail indépendant, ouvert et inclusif.

La 55ème réunion de l'ICANN qui se tient du 5 au 10 mars à Marrakech, est organisée sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI.

L'ICANN est chargée de la sécurité, de la stabilité et de la coordination mondiale du système d'identificateurs uniques de l'Internet. Elle est aussi responsable de l'administration de plusieurs ressources essentielles d'Internet, comme l'adressage IP et le système DNS racine grâce auquel les noms de domaine fonctionnent.

Plus de 2.000 délégués prennent part à cette manifestation qui vise à finaliser les discussions sur le processus de transition de l'ICANN qui sera chargée de superviser les fonctions d'IANA (Internet assigned numbers authority) d'ici le 30 septembre, date à laquelle l'actuel contrat entre l'ICANN et l'administration américaine arrive à terme.

Les participants qualifient la réunion de l’ICANN d’historique et stratégique pour l’Organisation et le continent africain

Les participants à une réunion des responsables de l’ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers) avec certains ministres des TIC et des responsables africains ont qualifié, dimanche à Marrakech, la 55e Réunion de l’ICANN qui se tient du 7 au 10 mars, d’historique et stratégique pour cette organisation et le continent africain. 

Lors de cette rencontre consacrée à la gouvernance de l’internet, les participants ont relevé que cette réunion constitue une occasion pour l’élaboration d’une proposition, préparée depuis 2 ans, permettant de démontrer aux Américains que l’ICANN est prête à être indépendante et de créer le premier bureau de l’ICANN au sein de l’Afrique. 

S’exprimant à cette occasion, le ministre de l'Industrie, du commerce, de l'investissement et de l'économie numérique, Moulay Hafid Elalamy a précisé que cet événement historique qui se tient pour la 1ère fois dans un pays arabe et africain, génère un ensemble de recommandations pour pouvoir transformer l’ICANN, qui est une filiale du gouvernement américain, et la rendre indépendante. 

Dans ce cadre, le ministre a indiqué que cette réunion est une réunion préparatoire pour organiser avec les amis africains une véritable plateforme à la disposition des idées, des souhaits et des espérances en vue de regarder ensemble les potentialités du continent. 

"C’est un moment historique de l’internet dans le monde que nous sommes en train de vivre à Marrakech" a-t-il fait savoir, ajoutant que l’Afrique "a intérêt à s’accrocher fortement au développement de technologie", car le continent africain gagnera des décennies de développement grâce à ce saut qualitatif important. 

Pour le président de l’ICANN, Fadi Chehadé, cette rencontre qui est la plus importante dans l’histoire de l’Afrique, va positionner le Maroc dans la carte mondiale du numérique pour les années à venir, ajoutant que la pleine contribution et l’importante participation marocaine à cet événement, sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, "a permis de changer la nature de cette rencontre pour devenir une rencontre mondiale en Afrique". 

"A Marrakech on va présenter aux Américains une proposition préparée par tout le monde pour démontrer que l’ICANN est prête à être indépendante et être vraiment soumise à tous les pays du monde et donc la fin du rôle historique américain dans les affaires de l’ICANN", a-t-il martelé. 

Et de noter que cette rencontre à Marrakech va donner également naissance au premier bureau légal représentant l’ICANN au sein de l’Afrique. 

Pour leur part, les intervenants ont évoqué le rôle de l’internet dans le développement et la croissance du continent africain, mettant l’accent sur l’importance d’établir des partenariats stratégiques entre les pays pour pouvoir communiquer certaines connaissances. 

A cet effet, ils ont fait appel à l’ICANN pour surmonter les difficultés qui entravent certains pays africains, notamment la sécurité des noms de domaines. 

(MAP 07/03/2016)

Le monde numérique, un formidable espace de liberté et outil inégalable d'échange, de partage et de rapprochement

Le monde numérique, un formidable espace de liberté et outil inégalable d'échange, de partage et de rapprochement, a relevé lundi à Marrakech, le Directeur Général de l'Agence Nationale de Réglementation des Télécommunications (ANRT), M. Azzedine El Mountassir Billah.

"Internet, au-delà du nouveau monde numérique qu'il a créé et qui ne cesse de se métamorphoser de jour en jour, constitue un gisement inépuisable et un potentiel de dynamique économique sans précédent, où l'innovation, l'invention et la création sont les maitres mots", a relevé le DG de l'ANRT qui s'exprimait lors de la cérémonie inaugurale de la 55e Réunion de l'Internet Corporation for Assigned Names and Numbers, (ICANN), organisée sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI.

Il a également souligné que l'omniprésence du web dans notre quotidien, professionnel, économique, social et culturel et dans la sphère privée, confirme de plus en plus, le besoin de mise en place d'un cadre de gestion et de gouvernance pensé collectivement et partagé par tous afin de préserver les droits individuels et collectifs, répandre la culture du respect de l'autre, reconnaître les particularités, tout en saisissant les opportunités qu'offre l'internet.

Et d'ajouter que le grand défi, réside en la capacité d'inventer un modèle de gouvernance pour internet, multipartite, inclusif, juste et équilibré, impliquant toutes les parties prenantes pour accroitre les possibilités d'échanges, rapprocher les points de vue et créer les synergies nécessaires.

De son côté, l'ex président exécutif de l'ICANN, Fadi Chehade, a exprimé sa profonde gratitude au gouvernement marocain d'avoir accueilli ce sommet, qui confirme l'engagement effectif du Royaume pour le développement du secteur de l'informatique, en particulier le domaine de l'Internet, en affirmant sa disponibilité d'œuvrer à distance en faveur de la promotion des actions et des missions de l'ICANN.

Quant à son successeur, le Suédois Goran Marby, qui dirigeait l'organe de régulation des postes et des télécommunications en Suède, il a confirmé sa détermination pour servir les intérêts de l'organisation, tout en veillant à la mise en place d'un modèle de gestion adéquat qui intègre les différentes parties prenantes de l'ICANN.

Par ailleurs, l'ensemble des intervenants ont rendu un vibrant hommage à l'ex président exécutif de l'ICANN, Fadi Chehade, précisant que son travail accompli depuis son arrivée à l'Organisation est salué par l'ensemble des acteurs et a marqué une étape de l'histoire de cette plateforme internationale.

Il a été procédé par la même occasion à l'annonce de l'ouverture du premier bureau de liaison de l'ICANN en Afrique qui sera siégé à Nairobi, au Kenya.

Cette rencontre internationale, qui se tient du 05 au 10 mars à Marrakech, est organisée en collaboration avec l'ICANN, le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération et le ministère de l'Industrie, du Commerce, de l'Investissement et de l'Economie numérique.

Plus de 2.000 délégués prennent part à cette manifestation qui vise à finaliser les discussions sur le processus de transition de l'ICANN qui sera chargée de superviser les fonctions d'IANA (Internet assigned numbers authority) d'ici le 30 septembre, date à laquelle l'actuel contrat entre l'ICANN et l'administration américaine arrive à terme.

L'ICANN est chargée de la sécurité, de la stabilité et de la coordination mondiale du système d'identificateurs uniques de l'Internet. Elle est aussi responsable de l'administration de plusieurs ressources essentielles d'Internet, comme l'adressage IP et le système DNS racine grâce auquel les noms de domaine fonctionnent. 

Ministre de l'Industrie : Le Maroc, une plaque tournante des technologies de l'information 

Le Maroc se positionne en tant qu'une plaque tournante des technologies de l'information, un des secteurs stratégiques pour l'avenir des peuples, a relevé, dimanche à Marrakech, le ministre de l'Industrie, du commerce, de l'investissement et de l'économie numérique, Moulay Hafid Elalamy.

"Le Maroc se positionne davantage en tant que plaque tournante des technologies de l'information qui ont balayé les barrières dressées face à l'économie traditionnelle, en contribuant au processus de développement et de mondialisation du globe", a relevé M. Elalamy qui s'exprimait lors d'une rencontre organisée par le World Economic Forum et son département en marge de la 55e Réunion de l'Internet Corporation for Assigned Names and Numbers, (ICANN), organisée sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI. 

Il a, de même, relevé que "le Maroc, un africain avéré de la première catégorie et contaminé par la maladie africaine positive, ne ménage aucun effort en faveur de la défense du continent", précisant que la stratégie prônée par le Royaume vise à le placer en tant que porte d'entrée sur l'Afrique.

Il a, aussi, noté que de grandes mutations s'opèrent dans le monde entier et impactent la vie quotidienne de la population du globe, ajoutant que l'Afrique a besoin de réaliser de la richesse et de la partager de manière plus équitable.

De son côté, le président exécutif de l'ICANN, Fadi Chehade, a fait savoir que le Maroc peut jouer un rôle important dans l'économie numérique de l'Afrique, en tirant profit de ses potentiels différenciés, techniques, stratégiques et humains.

Il a, par la même occasion, signalé que la manifestation constitue une occasion idoine pour étudier les moyens susceptibles d'enrichir et d'apporter une plus value au monde numérique de l'Afrique, précisant que le capital humain du continent favorise l'essor du secteur.

M. Chehade a, à cet effet, indiqué que l'internet représente l'une des nouvelles méthodes pour gouverner les ressources transnationales, ainsi qu'une arme pour faire face aux problèmes qui retardent le développement du continent africain.

Le président du global challenge partnerships, Alex Wong, a, quant à lui, relevé que ce carrefour international favorise la création des affaires numériques en Afrique et assoit les bases d'un dialogue ouvert sur les challenges et barrières qui font face à l'économie digitale du continent.

Il a, par la même occasion, mis l'accent sur le potentiel important dont jouit l'Afrique notamment le capital humain, appelant les décideurs publics et les hommes d'affaires à développer des modèles de collaboration avec le continent dans le domaine numérique.

Et d'ajouter que le Maroc, grâce à sa stabilité et son environnement d'affaires favorable, contribue en tant que catalyseur des initiatives et actions du secteur à l'échelle africaine. 

Initiée sous le thème "l'Initiative sur le futur d'Internet/dialogue africain sur l'économie numérique : favoriser une collaboration publique-privée et appuyer la croissance du numérique", cette rencontre a été précédée par une réunion des ministres africains des TIC et de la 3ème réunion gouvernementale de haut niveau qui connaît la participation de plusieurs ministres de l'Economie numérique.

Cette rencontre est organisée en collaboration avec l'ICANN, le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération et le ministère de l'Industrie, du Commerce, de l'Investissement et de l'Economie numérique. Plus de 2.000 délégués prendront part à cette manifestation qui vise à finaliser les discussions sur le processus de transition de l'ICANN qui sera chargée de superviser les fonctions d'IANA (Internet assigned numbers authority) d'ici le 30 septembre, date à laquelle l'actuel contrat entre l'ICANN et l'administration américaine arrive à terme.

L'ICANN est chargée de la sécurité, de la stabilité et de la coordination mondiale du système d'identificateurs uniques de l'Internet. Elle est aussi responsable de l'administration de plusieurs ressources essentielles d'Internet, comme l'adressage IP et le système DNS racine grâce auquel les noms de domaine fonctionnent. 

Les TIC, un catalyseur de la croissance économique et un outil indissociable pour la compétitivité

Les technologies d'information et de communication (TIC), et en particulier l'internet, constituent un catalyseur de la croissance économique et un outil indissociable pour la compétitivité, non seulement pour le secteur privé, mais aussi pour le secteur public, a relevé, lundi à Marrakech, le ministre de l'Industrie, du commerce, de l'investissement et de l'économie numérique, Moulay Hafid Elalamy.

"Au Maroc, nous sommes conscients que les TIC sont un levier efficace pour la transformation et la modernisation de l'administration et pour la création d'emploi et l'amélioration de la qualité de vie du citoyen", a relevé M. Elalamy qui s'exprimait lors de la cérémonie inaugurale de la 55e Réunion de l'Internet Corporation for Assigned Names and Numbers, (ICANN), organisée sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI.

Il a également souligné que le Royaume a adopté, depuis les années 90, une politique volontariste basée sur le partenariat public-privé et la mise en place d'un environnement des affaires favorable à l'investissement, notant que cette politique a été déclinée en plusieurs feuilles de routes stratégiques faisant de ce secteur un levier de croissance économique et de transformation de la société marocaine. 

"Ces feuilles stratégiques ont ciblé à la fois le développement des infrastructures numériques, la stimulation de l'usage du numérique à tous les niveaux socio-économiques du pays, le développement d'une industrie des TIC et la mise en place des conditions de confiance numérique et de protection de la vie privée des internautes conformément aux standards internationaux", a expliqué M. Elalamy.

Il a, de même, signalé que le Maroc s'est lancé, récemment, dans un nouveau programme de modernisation pour améliorer ses infrastructures de communications électroniques, baptisé "plan national haut et très haut débit", dans l'objectif d'atteindre, à court termes, 65 pc de la population connectée à internet très haut débit (à 2 Mégabits par seconde) et 100 pc des établissements publics connectés à internet haut débit (+2 Mégabits par seconde) et, à moyens termes, d'assurer l'accès pour le reste de la population à internet haut débit (+2Mégabits par seconde).

S'agissant du développement de l'économie numérique, M. Elalamy a fait savoir que son département est en train de finaliser avec les partenaires une nouvelle stratégie qui s'articule autour de trois axes.

Il s'agit notamment de l'accélération de la transformation numérique du Maroc, le renforcement de manière volontariste de la place du Royaume comme hub numérique régional et le relèvement des freins écosystémiques, en s'attaquant en particulier à la problématique de la gouvernance et des compétences numériques.

M. Elalamy a, par ailleurs, précisé que le Royaume du Maroc, qui a adhéré très tôt à l'ICANN, reconnaît l'importance du chemin parcouru, des progrès accomplis et des ouvertures réalisées pour consolider le modèle multipartite de la gouvernance des ressources du système mondial d'internet. 

"Le Maroc partage également les attentes des gouvernements au sujet du rôle du Governmental Advisory Committee (GAC) et la façon dont il exerce ses responsabilités pour faire en sorte que l'intérêt public soit pleinement pris en compte dans le processus de transition en cours", a-t-il dit.

Cette rencontre internationale, qui se tient du 05 au 10 mars à Marrakech, est organisée en collaboration avec l'ICANN, le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération et le ministère de l'Industrie, du Commerce, de l'Investissement et de l'Economie numérique, 

Plus de 2.000 délégués prennent part à cette manifestation qui vise à finaliser les discussions sur le processus de transition de l'ICANN qui sera chargée de superviser les fonctions d'IANA (Internet assigned numbers authority) d'ici le 30 septembre, date à laquelle l'actuel contrat entre l'ICANN et l'administration américaine arrive à terme.

L'ICANN est chargée de la sécurité, de la stabilité et de la coordination mondiale du système d'identificateurs uniques de l'Internet. Elle est aussi responsable de l'administration de plusieurs ressources essentielles d'Internet, comme l'adressage IP et le système DNS racine grâce auquel les noms de domaine fonctionnent.

Le Maroc, une plaque tournante des technologies de l'information

Le Maroc se positionne en tant qu'une plaque tournante des technologies de l'information, un des secteurs stratégiques pour l'avenir des peuples, a relevé, dimanche à Marrakech, le ministre de l'Industrie, du commerce, de l'investissement et de l'économie numérique, Moulay Hafid Elalamy.

"Le Maroc se positionne davantage en tant que plaque tournante des technologies de l'information qui ont balayé les barrières dressées face à l'économie traditionnelle, en contribuant au processus de développement et de mondialisation du globe", a relevé M. Elalamy qui s'exprimait lors d'une rencontre organisée par le World Economic Forum et son département en marge de la 55e Réunion de l'Internet Corporation for Assigned Names and Numbers, (ICANN), organisée sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI. 

Il a, de même, relevé que "le Maroc, un africain avéré de la première catégorie et contaminé par la maladie africaine positive, ne ménage aucun effort en faveur de la défense du continent", précisant que la stratégie prônée par le Royaume vise à le placer en tant que porte d'entrée sur l'Afrique.

Il a, aussi, noté que de grandes mutations s'opèrent dans le monde entier et impactent la vie quotidienne de la population du globe, ajoutant que l'Afrique a besoin de réaliser de la richesse et de la partager de manière plus équitable.

De son côté, le président exécutif de l'ICANN, Fadi Chehade, a fait savoir que le Maroc peut jouer un rôle important dans l'économie numérique de l'Afrique, en tirant profit de ses potentiels différenciés, techniques, stratégiques et humains.

Il a, par la même occasion, signalé que la manifestation constitue une occasion idoine pour étudier les moyens susceptibles d'enrichir et d'apporter une plus value au monde numérique de l'Afrique, précisant que le capital humain du continent favorise l'essor du secteur.

M. Chehade a, à cet effet, indiqué que l'internet représente l'une des nouvelles méthodes pour gouverner les ressources transnationales, ainsi qu'une arme pour faire face aux problèmes qui retardent le développement du continent africain.

Le président du global challenge partnerships, Alex Wong, a, quant à lui, relevé que ce carrefour international favorise la création des affaires numériques en Afrique et assoit les bases d'un dialogue ouvert sur les challenges et barrières qui font face à l'économie digitale du continent.

Il a, par la même occasion, mis l'accent sur le potentiel important dont jouit l'Afrique notamment le capital humain, appelant les décideurs publics et les hommes d'affaires à développer des modèles de collaboration avec le continent dans le domaine numérique.

Et d'ajouter que le Maroc, grâce à sa stabilité et son environnement d'affaires favorable, contribue en tant que catalyseur des initiatives et actions du secteur à l'échelle africaine. 

Initiée sous le thème "l'Initiative sur le futur d'Internet/dialogue africain sur l'économie numérique : favoriser une collaboration publique-privée et appuyer la croissance du numérique", cette rencontre a été précédée par une réunion des ministres africains des TIC et de la 3ème réunion gouvernementale de haut niveau qui connaît la participation de plusieurs ministres de l'Economie numérique.

Cette rencontre est organisée en collaboration avec l'ICANN, le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération et le ministère de l'Industrie, du Commerce, de l'Investissement et de l'Economie numérique. Plus de 2.000 délégués prendront part à cette manifestation qui vise à finaliser les discussions sur le processus de transition de l'ICANN qui sera chargée de superviser les fonctions d'IANA (Internet assigned numbers authority) d'ici le 30 septembre, date à laquelle l'actuel contrat entre l'ICANN et l'administration américaine arrive à terme.

L'ICANN est chargée de la sécurité, de la stabilité et de la coordination mondiale du système d'identificateurs uniques de l'Internet. Elle est aussi responsable de l'administration de plusieurs ressources essentielles d'Internet, comme l'adressage IP et le système DNS racine grâce auquel les noms de domaine fonctionnent.

(MAP 06/03/2016)