Actualités
Mercredi 8 Juillet 2015

Séance mensuelle des questions orales sur la politique du gouvernement

Synthèse vocale
Séance mensuelle des questions orales sur la politique du gouvernement

La situation des personnes à besoins spécifiques s'est nettement améliorée ces des dernières années

La situation des personnes à besoins spécifiques s'est nettement améliorée ces dernières années grâce à la Haute Sollicitude Royale ainsi que les efforts des pouvoirs publics visant à leur assurer une meilleure intégration dans le tissu social et économique, a déclaré le Chef du gouvernement, M. Abdelilah Benkirane. 

Intervenant, mardi soir devant les députés à l'occasion de la séance orale mensuelle sur la politique du gouvernement en réponse à une question de l'opposition sur la condition des personnes à besoins spécifiques, M. Benkirane a indiqué que la démarche de son gouvernement cherche à mettre en place un cadre juridique global et intégré en vue de consolider les droits de cette catégorie fragile de la population marocaine tout en veillant à son intégration socio-économique au travers d'une stratégie de valorisation des aptitudes et des compétences.

Une politique gouvernementale qui vise aussi à encourager les initiatives de la société civile dans la promotion des droits des personnes en situation d'handicap, a-t-il relevé, notant, entre autres mesures prises par son gouvernement, le projet de loi relatif à la protection des droits des personnes à besoins spécifiques, en cours d'approbation au parlement.

Cette loi-cadre, qui fixe les objectifs et les fondamentaux de l'intervention de l'Etat et d'autres intervenants en la matière, vise à harmoniser la législation nationale avec les dispositions de la convention internationale relative aux droits des personnes en situation d'handicap, ratifiée par le Maroc, a-t-il précisé, avant d'ajouter, entre autres objectifs, la consolidation de la coordination entre les différentes politiques publiques et les institutions dédiées à la promotion de la condition des personnes vulnérables physiquement et mentalement. 

Dans cette perspective, M. Benkirane a rappelé que son gouvernement a réalisé une deuxième enquête nationale sur l'handicap en vue d'actualiser les statistiques et contribuer ainsi à la conception d'une politique publique intégrée pour la promotion des droits des personnes à besoins spécifiques. Une politique conçue dans la concertation et qui sera prochainement soumise à une commission interministérielle, a-t-il indiqué, révélant que son gouvernement a également mis sur pied une commission ministérielle qui sera chargée de faire le suivi de la mise en œuvre des différents programmes dédiés à la promotion des droits des personnes en situation d'handicap, leur accessibilité ainsi que la consolidation du champ d'action de l'ensemble des acteurs qui militent pour la cause.

Sur ce registre, le Chef du gouvernement a aussi annoncé la réalisation de plusieurs enquêtes à Casablanca, Rabat, Oujda et Tanger en vue d'améliorer l'accessibilité des personnes à besoins spécifiques. 

Par ailleurs, il a rappelé la création en 2013 de seize structures d'accueil dans différentes régions du Royaume, destinées à fournir les prestations les plus urgentes aux personnes en situation d'handicap. Il a mis l'accent, à ce propos, sur le renforcement du partenariat entre les pouvoirs publics et les associations concernées par l'handicap avec notamment à la clé une augmentation progressive des subventions, passant de 11 millions DH en 2012 à 25 millions DH en 2015.

M. Benkirane n'a pas manqué de citer les allocations destinées aux veuves ayant un ou des enfants handicapés à charge et qui sont attribuées sans conditions en rapport avec leur scolarité et leur âge, évoquant également les contributions du fonds de cohésion sociale qui a consacré cette année 50 millions DH à la promotion de la condition des personnes en situation d'handicap, notamment sur le plan de l'acquisition des appareils médicaux, la scolarité, la création d'activités génératrices de revenu ou encore pour la construction et le fonctionnement des structures d'accueil. 

En prenant la parole dans le cadre du droit de réponse, les députés de la majorité ont salué les efforts déployés par le gouvernement, tout en appelant à la généralisation des prestations en faveur des personnes à besoins spécifiques, notamment dans les domaines scolaire et de la prise en charge médicale. Une nécessité absolue pour permettre leur intégration dans la société, ont-ils souligné alors que leurs collègues représentant les partis de l'opposition ont jugé que la politique du gouvernement dans le domaine de la prise en charge de l'handicap est un échec total, estimant que les programmes et autres initiatives sur ce registre restent très modestes pour permettre la revalorisation souhaitée de la condition des personnes dans une situation d'handicap.

Les pouvoirs publics déploient d'importants efforts pour lutter contre la culture du cannabis dans les provinces du Nord

Les pouvoirs publics ont déployé d'importants efforts pour lutter contre la culture du cannabis dans les provinces du Nord, a affirmé, mardi, le Chef du gouvernement, M. Abdelilah Benkirane.

En réponse à une question orale à la Chambre des représentants formulée par le groupe istiqlalien de l'Unité et de l'égalitarisme dans le cadre de la séance des questions orales adressées au Chef du Gouvernement, M. Benkirane a souligné que les pouvoirs publics ont déployé et continuent de consentir d'importants efforts pour lutter contre la culture du cannabis, tout en oeuvrant à trouver des alternatives afin de promouvoir le développement des provinces du Nord du Royaume.

La question de la culture du cannabis dans ces régions pose de grandes problématiques aux aspects juridique, sécuritaire, économique, social et environnemental, a-t-il expliqué, appelant les groupes parlementaires à la Chambre des représentants à présenter des propositions pratiques à même de trouver des solutions efficientes pour éradiquer cette culture.

Le Chef du gouvernement a, d'autre part, indiqué que la réglementation du cannabis n'est pas au coeur de la politique de l'Etat, se disant convaincu de l'impossibilité d'utilisation de cette plante dans la fabrication de médicaments et de cosmétiques

Le gouvernement, a-t-il dit, réaffirme que la règlementation de la culture du cannabis ne peut constituer une solution à cette problématique, de même que les rumeurs véhiculées à propos de la légalisation de cette culture et de la protection des personnes impliquées ont pour seul but de créer des illusions chez les populations concernées, à des fins de calculs politiques étriqués incompatibles avec les positions constantes de l'Etat marocain ainsi qu'avec ses engagements internationaux à lutter contre la culture de cette plante.

S'agissant des mandats d'arrêt émis contre les personnes impliquées dans la culture de cannabis, M. Benkirane a souligné que la poursuite judiciaire à l'encontre de toute personne devient caduque au cas où la durée du mandat de recherche dépasse 4 ans.

Le Maroc adopte une politique basée sur l'ouverture sur son environnement et l'instauration des relations fructueuses de coopération internationale

Le Maroc a toujours adopté une politique fondée sur l'ouverture sur son environnement et l'instauration des relations fructueuses de coopération internationale, fort en cela de sa position géographique distinguée, de son histoire glorieuse, ainsi que de sa civilisation et de ses valeurs ancestrales basées sur le brassage des civilisations, la tolérance et l'ouverture, a affirmé, mardi à Rabat, le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane. 

"Cette tendance s'est renforcée à travers l'adoption d'une politique d'ouverture économique progressive, ce qui a permis au Maroc de conclure des conventions de partenariat et de libre-échange avec plusieurs pays et de densifier son réseau des partenariats avec les institutions internationales'', a souligné M. Benkirane qui répondait à une question présentée par les groupes de la majorité à la Chambre des Représentants sur "les partenariats avec les institutions internationales'', lors de la séance des questions orales sur la politique générale.

Ce réseau de relations, a-t-il soutenu, s'inscrit dans la droite ligne des initiatives et politiques de coopération conduites par SM le Roi Mohammed VI avec les différents pays frères et amis en vue de bénéficier davantage des opportunités qu'offre la position exceptionnelle du Maroc, a-t-il ajouté faisant état en ce sens de l'ancrage africain du Royaume et de son environnement arabe, notamment par rapport aux pays frères du conseil de coopération du Golfe, ainsi que le statut avancé dont il jouit auprès de l'Union européenne, ses rapports distinguées avec les pays de l'Union et son partenariat stratégique avec les Etats Unis d'Amérique, outre les conventions de partenariats et de coopération signées avec d'autres partenaires.

Au sujet du bilan des travaux de certains hauts comités mixtes et des relations du nouveau partenariat entre le Royaume et l'organisation de coopération et de développement économique (OCDE), M. Benkirane a fait savoir que le Maroc a tenu récemment quatre hauts comités mixtes avec le Portugal en avril dernier à Lisbonne, la France en mai à Paris, l'Espagne en juin à Madrid et la Tunisie en juin également à Tunis.

Ces réunions de haut niveau s'insèrent dans la continuité des relations bilatérales solides avec ces pays, conformément aux accords d'amitié, de coopération et de bon voisinage qui lient le Royaume à ces pays, a fait constaté le chef du gouvernement, notant que ces rencontres offrent l'occasion de raffermir les relations de coopération politiques, économiques et culturelles, d'enrichir le cadre juridique bilatéral et de lancer de nouvelles initiatives de coopérations dans différents domaines.

Il a estimé que les partenariats avec les pays européens s'inscrivent dans le cadre du renforcement de la coopération avec l'Union européenne, "avec laquelle nous sommes liés par un partenariat et un statut avancé depuis 2008", a-t-il rappelé.

Sur le plan politique, ces rencontres de haut niveau ont été couronnées par des communiqués finaux entre le Maroc et chacun de ces pays, a-t-il dit, notant que ces communiqués mettent en avant le rôle de leadership du Royaume dans la région et la dynamique de l'ouverture et de développement que connaît le Maroc et le rôle cardinal du Royaume au niveau régional au sein de l'Union pour la Méditerranée. 

Ces pays, a poursuivi M. Benkirane, se félicitent du modèle démocratique marocain distingué, sous la conduite clairvoyante de SM le Roi Mohammed VI, et saluent l'approche marocaine pionnière en matière de consolidation de la sécurité et la stabilité dans la région, ainsi que le rôle d'avant-garde du Royaume dans la lutte contre l'extrémisme et le fanatisme à travers une approche globale pour promouvoir les valeurs islamiques de juste milieu, de modération et de tolérance.

Concernant la cause nationale, le chef du gouvernement a relevé que ces pays ont exprimé des positions positives en apportant un soutien sans équivoque au projet d'autonomie qu'ils ont qualifié de sérieux, de réaliste et de crédible, notant que "ces pays ont affirmé leur soutien aux efforts des Nations Unies et jugé que ce différend a un impact négatif sur la sécurité et la stabilité dans la région, comme il entrave les efforts de développement et d'intégration maghrébine''. 

Par ailleurs, M. Benkirane a souligné que le Maroc a œuvré pour la consolidation des relations de coopération avec les organisations internationales, non pas seulement du fait qu'il a besoin de prêts et d'aides de ces institutions, mais au regard de l'expertise accumulée par ces organisations et dont peut bénéficier le Maroc pour réussir les chantiers de réformes engagées dans différents domaines.

Il a rappelé dans ce cadre la signature récemment d'un programme de coopération entre le Maroc et l'organisation de coopération et de développement économique (OCDE) qui regroupe plus de 30 pays développés et émergents.

Le chef du gouvernement a indiqué que la coopération marocaine avec cette organisation a connu récemment un bond qualitatif à travers la participation du Maroc au programme de partenariat avancé, initié par l'organisation avec trois pays seulement, rappelant la signature, en mi-juin dernier à Paris, du protocole relatif à la coopération entre le Maroc et l'OCDE.

La signature de ce protocole est le fruit, a-t-il fait remarquer, de plus d'un an et demi de concertations entre les secteurs gouvernementaux et cette organisation, relevant que le Maroc est le premier et le seul pays arabe et africain qui a été choisi pour bénéficier de ce programme, qui, a-t-il dit, lui permettra sans doute de jouir d'une place particulière au sein de cette organisation réputée pour le sérieux de ses études et stratégies et la pertinence de ses recommandations.

Réagissant à la réponse du chef du gouvernement, les groupes de la majorité à la Chambre des Représentants ont salué la voie judicieuse de réformes suivie par le gouvernement en ce qui concerne l'instauration des jalons d'une coopération internationale fructueuse, mettant en avant les résultats importants enregistrés en ce qui concerne la consolidation des partenariats économiques et de développement avec plusieurs pays, organisations et organismes internationaux actifs dans les domaines de développement économique et social. 

Quant aux groupes de l'opposition, ils ont invité le chef du gouvernement à accompagner la dynamique de coopération Sud-Sud initiée par SM le Roi Mohammed VI à travers la consolidation du rapprochement entre les instances économiques marocaines et leurs homologues africaines et l'actualisation du cadre juridique de coopération avec les pays africains, tout en oeuvrant pour remédier au problème de retard dans l'harmonisation des législations nationales avec celles européennes et l'accélération du rythme d'approbation des conventions y afférentes.

M. Benkirane: Le gouvernement déterminé à réformer le régime des pensions civiles le plus tôt possible

Le chef du gouvernement, M. Abdelilah Benkirane, a souligné, mercredi à Rabat, que le gouvernement est déterminé à réformer le régime des pensions civiles de retraite le plus tôt possible.

Le gouvernement "se penche actuellement sur la recherche des meilleures formules pour la réforme du régime des pensions civiles", a indiqué M. Benkirane, dans sa réponse à une question orale à la Chambre des représentants sur "l'évaluation de l'action gouvernementale concernant le renforcement de l'efficacité des dépenses publiques'', formulée par le groupe du Parti authenticité et modernité (PAM).

La réforme du régime des retraites est "l'unique voie pour fournir des réserves financières à la Caisse marocaine des retraites", a souligné le chef du gouvernement, notant que "si nous ne procédons pas à une réforme le plus tôt possible, nous ne pourrons pas le faire dans les années à venir, et il sera difficile pour la Caisse de fournir des pensions aux retraités", a-t-il dit.

(MAP-08/07/2015)