Actualités
Lundi 27 Mai 2013

Journées Internationales de la HACA sur la diversité culturelle et linguistique

Synthèse vocale
Journées Internationales de la HACA sur la diversité culturelle et linguistique

La Haute Autorité de la Communication Audiovisuelle (HACA), a organisé du 24 au 26 mai à Skhirat, sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, les Journées Internationales sur la "Diversité culturelle et linguistique, Richesse et liberté, Régulation et créativité", dans l'objectif de mener une "réflexion commune" sur les différentes approches de gestion de la diversité.

Président d'ORBICOM: Les journées internationales de la HACA mettent l'accent sur l'autorégulation concertée du paysage médiatique

Le président du Réseau des chaires UNESCO pour la communication et l'information (ORBICOM), Bertrand Cabedoche, a mis l'accent, dimanche à Skhirat, sur les avantages et l'importance de l'autorégulation concertée du paysage médiatique, qui intègre la diversité comme facteur de performance.

"Le juridisme à outrance montre ses limites, quand il brime la créativité, la réactivité et l'investissement", a souligné M. Cabedoche, lors de la clôture des travaux des journées internationales de la Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA) sur la diversité, placées sous le thème "Diversité culturelle et linguistique: Richesse et liberté, régulation et créativité".

Ainsi, il a estimé qu'il faut évoluer des pratiques de régulation top-down vers des actions de plus en plus concertées, négociées avec les acteurs du secteur audiovisuel.

"Pour autant, la question d'une régulation plus contraignante, associée à une évolution d'un droit plus coercitif reste posée, dans le cas de la protection de la vie privée, la lutte contre la cybercriminalité, la protection des droits d'auteurs et la sauvegarde des patrimoines immatériels", a-t-il précisé.

Sur le même registre, le sous-directeur général pour la communication et l'information de l'UNESCO, Janis Karklins, a souligné le rôle des institutions de régulation et des différents acteurs du secteur dans le développement de réflexions innovantes pour faire face aux nouveaux défis relatifs à la diversité médiatique.

De son côté le directeur général de la HACA, Jamal Eddine Naji, a précisé que l'objectif de ces journées internationales sur la diversité est de dégager des pistes de réflexion pour l'avenir. 

"Il s'agit de définir si la régulation traditionnelle est valable avec l'émergence de nouveaux médias et de préciser si la diversité est une source enrichissante pour la cohésion sociale et l'échange entre les cultures", a indiqué M. Naji dans une déclaration à la MAP. 

Organisé par la HACA sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, en partenariat avec ORBICOM, ce séminaire de deux jours présente une occasion propice pour découvrir les différents horizons, approches et expertise liés à la diversité humaine. 

Il offre également un éclairage indispensable, préalable à une réflexion nationale sur la diversité culturelle et linguistique et ses enjeux de régulation et de promotion.

Le programme de ces journées s'articule autour de trois principaux axes, à savoir "Concepts, principes et champs de la diversité", "Les médias et leurs enjeux de diversité, Internet y compris" et "Diversité, régulation, indicateurs et certifications".

Ces journées ont été marquées par la participation d'une trentaine d'experts et de chercheurs à la renommée internationale bien établie dans les enceintes universitaires et onusiennes, en provenance de divers pays d'Amérique du Nord, d'Amérique Centrale et du Sud, d'Europe, d'Afrique, d'Asie et d'Australie.

26/05/2013

La diversité culturelle dans les médias, facteur clé pour une parfaite intégration des communautés

La consécration de la diversité culturelle et linguistique dans le domaine des médias constitue un facteur clé pour garantir une parfaite intégration des communautés, ont indiqué, samedi à Skhirat, des experts et professionnels dans le domaine médiatique.

Intervenant lors des journées internationales organisées par la Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA) sur "La diversité culturelle et linguistique: richesse et liberté, régulation et créativité", ces experts ont plaidé pour une meilleure connectivité entre les régulateurs médiatiques et l'intérêt public, de sorte à préserver la diversité culturelle et linguistique de la communauté dans le monde des médias.

Dans ce cadre, le sous-directeur général pour la communication et l'information de l'UNESCO, Janis Karklins, a souligné l'impératif de promouvoir, à travers la formation, une éducation journalistique professionnelle et responsable susceptible de répondre aux exigences et défis internationaux du secteur, se félicitant, au passage, de l'excellence de la formation assurée par l'Institut Supérieur de l'Information et de la Communication (ISIC) à Rabat.

M. Karklins, ex-ambassadeur de Lettonie en France et à l'UNESCO, a rappelé la stratégie de l'UNESCO qui accorde une attention particulière à cette thématique et accompagne la dynamique évolutive des médias, notamment celle africaine, de sorte à garantir un développement plus inclusif.

Il a également estimé que la réussite du dialogue international dans le secteur requiert des compétences culturelles aussi diversifiées que performantes, appelant à une évaluation continue des progrès médiatiques réalisés, notamment en matière de respect de la diversité culturelle et du pluralisme dans le secteur.

Pour sa part, le Président du Réseau international des chaires UNESCO en communication (ORBICOM), Bernard Cabedoche, animant une conférence sur "Les technologies de l'information et de la communication, diversité culturelle et enjeux de la régulation", a souligné la contribution importante de la diversité culturelle au profit d'une coopération fructueuse entre le Nord et le Sud, précisant que le bureau de l'UNESCO au Maroc "est l'un des plus actifs au niveau du continent africain".

Survolant les différentes évolutions qui ont marqué la diversité culturelle à travers l'histoire, M. Cabedoche a appelé les opérateurs de régulation à l'échelle internationale à inscrire la culture de la diversité au centre de leur préoccupation. 

"Il faut avoir une véritable manoeuvre pour concilier entre les aspects et les acteurs de la diversité culturelle", a-t-il ajouté, en plaidant pour des approches diversifiées axées sur la bonne gouvernance.

Pour sa part, le secrétaire général d'ORBICOM, Yves Théorêt, qui a analysé le concept de diversité culturelle à la lumière de l'expérience canadienne, a fait savoir que cette diversité constitue la meilleure réponse aux exigences accrues d'un "monde mondialisé" qui menace davantage les spécificités des minorités ethniques vulnérables.

Il a également précisé que cette diversité constitue un "projet de société à construire" et interpelle toutes les communautés de la sphère planétaire en vue de garantir une interaction médiatique plus harmonieuse et diversifiée, une capacité d'ouverture meilleure et une cohabitation culturelle sereine.

En dépit de l'absence d'un consensus en matière de diversité culturelle et de sa régulation, M. Théorêt a affirmé que cette pratique favorise une "meilleure modélisation du marché médiatique".

Organisé sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, en partenariat avec ORBICOM, ce séminaire de deux jours présente une occasion propice pour découvrir les différents horizons, approches et expertise liés à la diversité humaine. 

Il offre également un éclairage indispensable, préalable à une réflexion nationale sur la diversité culturelle et linguistique et ses enjeux de régulation et de promotion.

Le programme de ces journées s'articule autour de trois principaux axes, à savoir "Concepts, principes et champs de la diversité", "Les médias et leurs enjeux de diversité, Internet y compris" et "Diversité, régulation, indicateurs et certifications".

25/05/2013

La diversité médiatique interpelle tous les acteurs du secteur en faveur d'un développement inclusif (HACA)  

La diversité médiatique interpelle tous les acteurs du secteur, opérateurs, experts ou régulateurs, en faveur d'un développement inclusif, a indiqué samedi à Rabat, la présidente de la Haute Autorité de la communication audiovisuelle (HACA), Mme Amina Lemrini El Ouahabi, précisant que cette pratique s'inscrit dans "les impératifs éthiques de la HACA".

"Cette manifestation, qui constitue une occasion propice pour favoriser le partage des expériences et des expertises dans un monde médiatique aussi vaste que diversifié, vise à ancrer les dispositifs de la nouvelle constitution qui a consacré une place de choix à la défense de la diversité et du respect du pluralisme", a indiqué Mme El Ouahabi qui intervenait en marge des journées internationales de la HACA.

Elle a, entre autres, souligné la nécessité d'élargir et de diversifier les rapports entre les différentes parties prenantes dans le secteur, aussi bien sur l'échelle nationale que internationale de façon à contribuer à un développement harmonieux et homogène qui favorise le respect du pluralisme et de la liberté de pensée.

"Dans cette nouvelle lancée un grand chantier s'ouvre pour toutes les parties prenantes du secteur" note Mme Lemrini El Ouhabi, mettant l'accent sur "l'impératif de garantir une meilleure régulation susceptible de favoriser les outils méthodologiques et conceptuels qui convergent vers un monitoring aussi qualitatif que quantitatif des programmes".

De son côté, le Directeur général de la HACA, Jamal Eddine Naji, a fait savoir que l'enjeu de cette rencontre scientifique et de réflexion, qui s'inscrit dans le cadre de la mondialisation, réside en la favorisation d'une diversité qui répond adéquatement au besoin accru du monde médiatique.

"La diversité requiert un intérêt principal chez la communauté internationale qui s'inquiète de cette thématique, au cœur d'un échange interculturel entre les pays, civilisations et régions, susceptible de toucher la paix mondiale", a-t-il relevé.

En outre, M. Naji affirme que la HACA, en tant que régulateur, veille à ce que la diversité, sujet central dans la nouvelle constitution, soit respectée dans le contenu, et ce dans le cadre d'une stratégie de choix enclenchée par l'institution.

Après cette halte internationale, M. Naji, qui a relevé l'impératif d'identifier les différents phénomènes qui peuvent agiter, de loin comme de près, les milieux de réflexion et de recherche dans le secteur, a annoncé bientôt l'organisation d'une halte nationale dans la finalité "de réfléchir à nos propres potentiels de manière à répondre le plus efficacement possible à la gestion nationale de la diversité dans le monde mondialisé des médias audio visuels".

Par ailleurs, le programme général de ce séminaire de deux jours, prévoit trois séquences principales, à savoir "concepts, principes et champs de la diversité", "Médias et leurs enjeux de diversité, Internet y compris" et "diversité, régulation, indicateurs certifications".

Grâce à sa dimension intellectuelle et scientifique, ce séminaire a une double importance. Il présente une occasion propice de découverte des horizons de diversité humaine, d'approches et d'expertise, mais il offre également un éclairage indispensable comme préalable à une réflexion nationale sur la diversité culturelle et linguistique et ses enjeux de régulation et de promotion. 

25/05/2013

Mme Lemrini El Ouahabi: La diversité culturelle est placée au cœur de la stratégie de la HACA  

La Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA) a placé le volet de la diversité culturelle au cœur de sa stratégie, que ce soit à court ou à long termes, a indiqué, vendredi à Skhirat, la présidente de cette instance, Mme Amina Lemrini El Ouahabi.

"Nous, dans la HACA, avons placé le sujet de la diversité au cœur de notre stratégie, que ce soit à court ou à long termes ( ) ce chantier est important, surtout pour nous, vu la mission qui nous incombe de veiller à ce que la diversité culturelle et linguistique soit bien représentée dans les médias audio-visuels", a affirmé Mme Lemrini El Ouahabi dans une déclaration à la presse, lors d'une cérémonie inaugurale des Journées internationales sur la diversité, organisées ce week-end sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI.

Cette rencontre internationale, initiée par la HACA en partenariat avec le Réseau des chaires UNESCO pour la communication et l'information (ORBICOM), "réunit des experts de différentes nationalités afin de partager les idées, expériences et expertise, notamment en matière de méthodes de travail des institutions chargées de la régulation et de suivi du respect de la diversités par les médias", a souligné Mme Lemrini El Ouahabi, rappelant que la Constitution a accordé une place de choix à cette question. 

"L'objectif principal de ces journées internationales est de pouvoir réunir pour les besoins d'une réflexion nationale à mener plus tard, une vingtaine d'experts internationaux reconnus mondialement, notamment par le système onusien, surtout l'UNESCO, pour pouvoir par la suite établir des pistes de réflexion concernant notre propre contexte national", a fait savoir, pour sa part, le directeur général de la HACA, Jamal Eddine Naji. 

"Cette question devient cruciale pour le monde entier", a-t-il fait observer, ajoutant qu'elle "peut aussi interpeler des questions fondamentales comme la paix, comme le fait de vivre entre les cultures et l'échange interculturel".

De son côté, le secrétaire général du Réseau ORBICOM, Yves Théorêt, a mis l'accent sur le volet de l'échange d'expériences comme moyen de promouvoir la diversité dans les médias.

"Nous sommes ici pour faire valoir l'expérience d'autres pays et partager nos vues sur le sujet de la diversité. Nous souhaitons également contribuer à cette réflexion, qui touche l'humanité, mais concerne aussi le quotidien des individus et de leur perception de la diversité culturelle, que ce soit en terme de race, de longue ou de culture", a-t-il indiqué.

Il s'agit également de trouver les moyens d'"établir des ponts entre nous pour répondre à cette mondialisation tous azimuts où les gens se sentent bousculés", a dit M. Théorêt, également professeur à l'université du Québec à Montréal.

Les travaux de cette rencontre de deux jours, placée sous le thème "Diversité culturelle et linguistique: Richesse et liberté, régulation et créativité", vont démarrer samedi, avec une programmation dense et diversifiée. 

Plusieurs thèmes y seront traités, dont "Technologies de l'information et de la communication, diversité culturelle et enjeux de la régulation", "Le concept de diversité culturelle: une déclinaison. L'expérience canadienne", "Promesses et limites théoriques de la référence à la diversité culturelle pour la régulation de l'audiovisuel", "L'expression de la diversité des cultures, un enjeu pour la compréhension et la paix dans le monde", "L'impact du numérique sur les contenus de la culture: quelques éléments de gouvernance pour la diversité" et "La certification dans l'industrie des médias, gage d'une amélioration continue et durable de la gestion de l'entreprise".

24/05/2013

- MAP-